mercredi 23 novembre 2016

Le futur échangeur du Carrefour Solibra d’Abidjan


Cet important projet coûtera de 5,038 milliards de Yens, soit 27,7 milliards de francs CFA. Le futur échangeur du Carrefour Solibra d’Abidjan, baptisé « Echangeur de l’amitié ivoiro-japonaise sera bâti à l’intersection des commune de Treichville et de Marcory, dans la ville d’Abidjan. Il ne s’agit pas d’un prêt, mais d’un don de l’empire nippon à la Côte d’Ivoire.
La Diplomatique d’Abidjan apprend de source proche du dossier que le Premier ministre ivoirien, Daniel Kablan Duncan, procédera, le vendredi 25 novembre 2016, au lancement de cet ouvrage destiné à désengorger cette intersection stratégique de la capitale économique ivoirienne, régulièrement embouteillée aux heures de pointe.


Enjeux stratégiques (Rediffusion)
Au-delà du renforcement de la fluidité routière et soulager la population abidjanaise, cet ouvrage va permettre à ce carrefour majeur de la capitale économique ivoirienne, de trouver une solution aux terribles embouteillages qui y bloquent quotidiennement la circulation durant des heures, surtout aux heures de pointe. Occasionnant de longues files d'attente, et représentent ainsi un handicap énorme aux activités du secteur privé, moteur de la croissance économique.
"Selon les prévisions, après la livraison de l'Echangeur, le temps de parcours du même trajet sera réduit au cinquième du temps actuel aux heures de pointe", a estimé  l’ambassadeur du Japon, relevant que l’infrastructure "contribuera à accélérer les activités du secteur privé et la croissance économique de la Côte d'Ivoire".

Expertise japonaise et transfert de compétences

Avec l'expertise astucieuse et habile du Japon en matière de technologie de construction, notamment l'absence de restriction de voies de circulation tout au long des travaux, le quotidien de la population abidjanaise et la circulation des biens ne seront affectés qu'au strict minimum. Ce savoir-faire du Japon sera partagé avec les entreprises ivoiriennes qui prendront part à la réalisation des travaux. Ce sera donc le lieu de procéder à un transfert de la technologie japonaise qui pourra ensuite être utilisée dans les nombreux chantiers en cours dans ce pays en pleine reconstruction.

L’échangeur de l’amitié ivoiro-japonaise, ce sera surtout une rationalisation du système des feux de signalisation dans l'objectif d'augmenter la capacité du trafic routier, d'amoindrir les embouteillages et de fluidifier la circulation au niveau de ce carrefour.

Armand Tanoh


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire