jeudi 5 décembre 2013

Drame à Abobo: un immeuble R+3 s'écroule

Le spectacle est désolant et émouvant ! Un immeuble de trois niveaux (R+3) situé dans la commune d’Abobo, à quelques encablures du collège Adama Sanogo s’est affaissé mardi dernier, aux environs de 21h.
Le drame s’est produit sous une pluie battante, en pleine coupure d’électricité survenue dans le District d’Abidjan. Le bilan fait état de onze blessés dont deux dans un état critique qui ont été évacués d’urgence à l’Hôpital Militaire d’Abidjan (HMA). En effet, un des éléments des Sapeurs Pompiers Militaires (GSPM), le Lieutenant Karamoko .V. explique qu’alertés mardi à 21h 25 mn, ils sont arrivés sur les lieux à 21h55mn. « Nous avons pris toutes les dispositions pour évacuer les blessés et les locataires. Nous avons essayé de joindre en vain le propriétaire. On a nous a signifié qu’il est en voyage. Heureusement, l’on déplore aucune perte en vie humaine », a expliqué l’officier du GSPM. Le Commandant de la première compagnie du camp commando d’Abobo, Coulibaly Sindou, habitant l’immeuble jouxtant le bâtiment qui s’est affaissé, dit avoir pensé à une ‘’attaque’’ lorsqu’il a entendu le bâtiment s’écrouler. « J’étais dans ma maison quand j’ai entendu un grand bruit. Du coup, j ai pensé à une attaque et j’ai appelé à mes éléments qui sont venus quadriller tout le secteur. Mais bien avant de descendre de mon immeuble, j’ai réalisé que ma chambre était remplie de poussière et de fragments de briques. Etant entendu qu’il y avait une coupure d’électricité, je suis allé acheter une dizaine de torches et nous avons procédé à l’évacuation des occupants de ce bâtiment », a relaté le Commandant Coulibaly. Précisant que le premier et le deuxième étage étaient habités. Et qu’une femme venait à peine de d’aménager mardi en fin d’après -midi dans un des appartements. En tout cas, les dégâts matériels sont considérables. Les locataires ont dû précipitamment abandonner leur appartement sans rien récupérer. Le chef de Cabinet du Ministère de le Construction, du Logement de l’Assainissement et de l’Urbanisme (MLCAU), Doumbia Brahima, au nom du ministre Sanogo Mamadou, s’est rendu sur les lieux à l’effet de réaliser l’ampleur du drame et exprimer la compassion du ministère aux familles sinistrées. M. Doumbia a souligné que selon les premiers résultats des experts en construction, cet immeuble était construit sur un ancien dépotoir. Et la qualité du sol a pris un coup. «En plus, la technique de construction utilisée, était de faire des poteaux comme des pilotis et mettre un bâtiment au-dessus afin de faire des parkings au bas du bâtiment. Les poteaux n’ont pas été bien dimensionnés et à la première occasion, les poteaux et les bâtiments se sont affaissés.», a expliqué le chef de Cabinet du ministre Sanogo Mamadou. Faisant remarquer que depuis quelques temps, avec les pluies diluviennes, les bâtiments qui ont été construits selon la même technique sont en train de connaître le même sort. M. Doumbia a déploré le fait que ceux qui construisent des bâtiments ignorent totalement les différentes techniques de construction. Toute chose qui entraîne, a-t-il regretté, des dégâts énormes. Le ministère a donc donné des instructions pour que l’immeuble soit complètement démoli dans les heures qui suivent. Car, constituant un véritable danger pour les voisins. « Nous invitons l’ensemble des populations ivoiriennes au strict respect des normes de construction et d’urbanisme. Chacun doit se conformer aux normes édictées par le ministère pour la sécurité des ivoiriens. La responsabilité première incombe aux propriétaires et il leur appartient de respecter strictement toutes les normes en matière de construction », a indiqué le chef de cabinet du ministère de la Construction. Au moment où nous mettions sous presse, l’immeuble avait été complètement démoli aux environs de 17 heures. C’est le cinquième immeuble qui vient de s’effondrer en moins d’un an. C’est le lieu d’interpeller les propriétaires, les entrepreneurs et les géomètres, au strict respect des normes d’urbanisme. 
Source: Le patriote

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire