mardi 11 juin 2013

Revocation au ministere de la construction: Le ministre s'explique

Le ministère de la Construction du Logement est sous les feux de la rampe depuis quelques jours. Des révocations et nominations y ont suscité beaucoup d’interrogations de la part de nombreuses personnes. Faisant même les choux gras de la presse.


Dans le but de recouper l’information, nous avons effectué le déplacement au département ministériel, au 26ème étage de la Tour D, au Plateau, à l’effet d’avoir la version du premier responsable de ce Ministère. Dans certains services où la sérénité n’est plus de mise, lorsque le personnel s’est renseigné sur notre identité, il s’empresse de nous faire part des intentions du ministre Sanogo Mamadou. «La patron a décidé de frapper fort. On ne sait pas à quelle sauce on sera mangé ! », souligne-t-on dans les couloirs du Cabinet. Le Ministre de la Construction, approché, ne fait aucune difficulté pour nous écouter. Sanogo Mamadou précise qu’il a révoqué quatre de ses collaborateurs et non six, comme tentent de le faire croire certains journaux. « (…) C’est une dynamique qui a commencé. Je ferai le bilan dans tous les services. En tout cas, je frapperai », prévient le Ministre Sanogo. La révocation de ses plus proches collaborateurs, notamment le Directeur Général de la Construction, de l’Assainissement et de la Maintenance, Bamba Anzoumana, le Directeur du Domaine Urbain (DDU), Bamba Youssouf, de l’Assainissement et du Drainage, Tapé Zékré Pascal et du Président du Conseil d’Administration (Pca) de l’Office National de l’Assainissement et du Drainage (ONAD), Touré Kalifa, relève d’une contre-performance. « J’ai obligation de résultats. Mais il y a eu trop de dysfonctionnement dans les différents services sus-cités. J’ai plusieurs fois interpellés les premiers responsables de ces services, mais hélas, le laxisme, les retards dans la délivrance des actes se poursuivaient. Moi, je veux aller loin et je dois produire des résultats. C’est pourquoi, je les ai relevés de leur fonction. Cela n’a rien d’un règlement de compte et n’a rien à voir avec la politique. Nous voulons un Ministère de la Construction fort. Nous avons surtout le Projet de Logements Sociaux à piloter. Nous le faisons avec des cadres compétents », relève-t-il. Ce qui l’a le plus choqué, relate-t-il, c’est le courrier que l’Union européenne (UE) et la Banque mondiale lui ont adressé, il y a quelques semaines, et qui est relatif à la mauvaise gestion du réseau d’Assainissement de la Ville d’Abidjan. Surtout avec des infrastructures d’Assainissement qui ont été construites mais qui ne fonctionnent toujours pas. Un projet financé par ces instituions à coût de milliards de francs FCFA pour le bien-être de la population ivoirienne. Ces deux institutions ont également adressé un rapport d’audit sur la gestion de ces infrastructures. «J’ai appelé mon Directeur Général de la Construction et de l’Assainissement, Bamba Anzoumana, pour en savoir davantage. En tant que Directeur général de l’Assainissement, il n’a pas pu m’expliquer véritablement, pourquoi les infrastructures d’assainissement construites par l’UE et la Banque mondiale ne fonctionnent pas. Etant donné que je ne veux pas que la Côte d’Ivoire rate encore des financements de projets de ces institutions, j’ai décidé de mettre fin aux fonctions de Bamba Anzoumana», clarifie le ministre Sanogo Mamadou. Le deuxième à être demis de ses fonctions, est le Directeur du Domaine Urbain (DDU), Youssouf Bamba. Trop de dysfonctionnements sont constatés dans son service. Pire, certains de ses agents posent des actes qui tendent à jeter le discrédit sur le ministère de la Construction et du Logement. Quant au Directeur de l’Assainissement et du Drainage (DAD), Tapé Zekré Pascal, il a été demis pour une question ‘’d’éthique et de bonne gouvernance’’. Nul n’ignore la compétence de ce brillant cadre. 



Une obligation de résultats

Il était chargé de veiller à la bonne marche du contrat d’affermage qui lie l’Etat à la SODECI. «L’Etat verse chaque année, une subvention à la Sodeci, et c’est lui qui doit vérifier si cette entreprise fait bien son travail. Nous l’avons trouvé au cabinet, il est compétent. Mais les rapports d’audit des deux institutions révèlent des dysfonctionnements. Il nous revient que ce cadre a été Directeur de l’Assainissement à la Sodeci. On ne peut pas avoir travaillé dans une structure et ne pas mieux contrôler cette structure », signifie-t-il. Vu sa compétence, il a été nommé Conseiller du Ministre Sanogo. Le Directeur de l’Office National de l’Assainissement et du Drainage (ONAD), Touré Kalifa, censé développer des projets, s’est comporté comme un simple spectateur. A en croire le ministre, il n’a pris aucune initiative allant dans le sens de la création de projets pour améliorer le système d’assainissement dans la ville d’Abidjan. Le poste de L’ONAD n’est pas encore pourvu. Les autres postes l’ont été déjà et les passations de charges ont démarré mardi dernier. C’est ainsi que M. Djigbénou Firmin, anciennement Directeur de la Construction de Yamoussoukro a été nommé Directeur Général de la Construction de l’Assainissement et de la Maintenance. Selon le ministre, ce dernier a un ‘’CV‘’ fourni. Il a participé à l’élaboration du contrat d’affermage entre l’Etat de Côte d’Ivoire et la Sodeci. Quant à M. Adjoumani Yao Boffoué, ex-Dg de la Topographie et de la Cartographie, il est désormais le Directeur du Domaine Urbain (DDU). La Direction Générale de la Topographie et de la Cartographie est désormais pilotée par M. Kouadio Brou Blaise, anciennement Directeur de la Construction de Daloa. Le Premier responsable de la construction soutient qu’il n’hésitera pas à se séparer de ses collaborateurs qui prêtent le flanc. « (…) Les reformes que j’ai entreprises dérangent énormément certaines personnes. Mais je suis déterminé à aller jusqu’au bout. Et je vais encore opérer d’autres changements dans quelques jours », avertit-il. Pour rappel, depuis juin 2011, le ministre Sanogo dirige ce ministère. En deux ans, des progrès importants ont été réalisés. Il s’agit entre autres de l’informatisation du circuit de traitement des actes, la décentralisation du guichet unique du foncier et de l’habitat, l’apurement du stock important de demandes d’actes, la gestion optimale du foncier, l’adoption d’un code du foncier urbain et de l’habitat, la promotion de l’accession au foncier, le suivi du plan d’Urbanisme Directeur, la maîtrise de l’Assainissement de nos villes, l’identification du patrimoine immobilier de l’Etat, la pré-souscription aux logements sociaux. Assurément, tout cela indique que le bilan est positif.
Cependant, il veut aller plus loin. Aussi est-il toujours à la recherche de plus de dynamisme, d’efficacité et de performance.

Source: le patriote

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire